EDÄ DIAZ

Bienvenue dans la République franco-colombienne d’Ëda Diaz ! Ici, on mange des crêpes au caramel beurre salé en sirotant une limonada de coco bien fraîche. En fond sonore : une pop “haute couture” tissée sur des rythmes traditionnels colombiens tels que le bambuco viejo ou le vallenato. Dans cette atmosphère à la fois latine et feutrée, où le soleil fait du charme à la mélancolie, la chanteuse-contrebassiste célèbre “la beauté dans le chaos” et affirme sa dualité en tant que femme binationale. Tantôt sauvage, tantôt mondaine, joyeuse et capricieuse…

Pourquoi faudrait-il choisir ? D’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, avec la volupté d’une Esperanza Spalding, l’onirisme d’une Björk et l’avant-garde d’une Rosalía, Ëda connecte en musique ses différentes facettes et défend la richesse de son héritage. Très vite accompagnée par le RIF (réseau des lieux de concerts franciliens), l’artiste sort un premier EP en 2017 co-produit par Anthony Winzenrieth (Aurus, 3Somesisters…) et s’impose dans la famille alors encore frétillante de la new latin pop. Lors d’une tournée latino-américaine en 2019, elle se produit notamment au Mexique pour le Roxy Fest avant de représenter la section “Women of the World” au Havana World Music Festival aux côtés des enfants de Chucho Valdes.

En 2020, elle est lauréate FoRTE (Fonds Régional pour les Talents Emergents). Un an et demi après le début de la pandémie, tout s’accélère pour la franco-colombienne : parrainée par Blick Bassy, elle accompagne Ladaniva en tournée, partage une session KEXP avec La Dame Blanche, charme le MaMA Festival et finit par ouvrir en décembre, deux concerts pour La Chica.

Ëda revient le 11 mars avec son deuxième EP “Tutandé” distribué bien évidemment, en France et en Colombie et co-réalisé avec son fidèle acolyte Anthony Winzenrieth.
CLIP
Suivre
Dernière sortie